10/04/2007

ADIEU, MON ANGE BLANC

Mon petit URFEE, mon petit ange blanc,

Tu es parti hier matin à la rencontre de tous ceux qui t'ont précédé de l'autre côté de l'arc en ciel. Je suis triste. Un vide immense envahit mon coeur. Je te savais très malade du foie. Je savais que tu allais partir. J'ai choisi que tu partes en douceur, à la maison, entouré de ta famille chats. Je n'ai pas voulu pour toi l'acharnement de perfusions, de piqures, de dégradations, de douleur. Tu ne souffrais pas physiquement, mais rapidement, tu as maigri. Tes forces t'ont quitté. Et le soir, pour monter sur mes genoux pour la caline en regardant la télé, au lieu d'un bond joyeux, tu te hissais pour me donner l'impression que tu étais toujours là. Ton poids devenait de plus en plus une plume sur mes genoux. Mais tu rnronnais doucement et blotissais ta tête dans ma main. Je sanglotte à ce souvenir. Quand je t'ai quitté, dimanche midi, je n'ai pas compris que ton regard me disait adieu. A mon reveil à Paris, je savais que tu étais parti au pays d'où l'on ne revient pas et je ne me suis pas dépéchée de rentrer. Je suis sûre que tu as voulu m'épargner tes derniers instants. Tu dormais pour toujours si paisiblement quand je suis arrivée. De là haut, je suis sûre que tu m'as vu te prendre si doucement, et tous tes copains t'entourrer pour te ditre au revoir. Tu dors maintenant au fond du jardin, avec Ondine, Baldur, Antinéa... Je t'ai conduis dans ton couffin que tu aimais tant.

Tu me manques terriblement, mon URFEE, mon petit ange blanc. Tu ne m'as pas laissé de déscendance". C'est peut-être mizeux, puisque malheureusement, ton pêre et ton grand père sont partis prématurément de la même maladie.
Je ne peux regarder tes photos pour l'instant, ni faire ma carte d'adieu. Ta chère marraine qui te pleure autant que moi l'a faite pour moi.

Je ne peux pas imaginer un autre blanc dans ma vie. Ton regard mystérieux... ta silhouette fine... Tu es encore et toujours mon idéal de siamois blanc.

Dors en paix mon petit ange blanc, et pour une fois, que ce soit un chat qui protège BASTET. Aides-moi... Penes à moi de l'autre côté de l'arc en ciel où, un jour, je vous rejoindrais tous...

Adieu URFEE

Commentaires

J'ai appris par chez Tchânou que tu avais perdu ton petit Urfée, c'est vraiment très triste de perdre un petit être cher. Courage, je suis avec toi.
Bizouxxxxxx

Écrit par : Tricotine | 10/04/2007

je passe sur ton blog, et après avoir appris la mort de Crocus à la ferme du bonheur, voilà que c'est toi le petit Urfée qui s'en est allé, mais que de tristesse, j'espère que tu auras beaucoup de courage, parce que tu décris ta mélancolie au travers de ton message, celui qui n'aime pas, qui n'aime rien ne peut rien comprendre, alors bisous pour Urfée et bisous pour toi.

Écrit par : Badette | 10/04/2007

J'ai le coeur gros de lire l'hommage que tu viens d'écrire pour ton ange blanc
j'en pleure maintenant j'ai fais la carte en vitesse car les forces
allaient me manquer si j'attendais le temps de réaliser...
Il va te manquer mais aussi à moi car son regard bleu et
son poil si blanc m'avaient troublée dès que je l'ai vu en photo
Vole mon ange vole à la rencontre des autres partis avant toi
comme dis ta Môman nous nous retrouverons tous là haut un jour
jamais je ne t'oublierai moi aussi je pleure depuis des années
un autre ange blanc parti bien trop tôt aussi au paradis des chats bizzzz

Écrit par : Tchânou | 10/04/2007

Quel hommage ..tu m'as émue fortement par ton joli texte ...comme tu l'aimais ton ange blanc ..c'est une vraie pierre précieuse que l'amour que nos bêtes nous donne ..je pense très fort à toi ce soir ..trouve le réconfort auprès de tes compagnons qui te restent toutes mes amitiées et mes pensées sont avec toi ..bien amicalement ln

Écrit par : Hélène | 10/04/2007

ca fait beaucoup Décidement, ca fait un peu trop de perte dans la famille des blogeur(ses), pourquoi les animaux doivent partir un jour, pourquoi ne restent il pas toujours avec nous.
Bon courage à toi

Écrit par : Loëtitia | 11/04/2007

Je suis au bureau, et les larmes me montent aux yeux tandis que je te lis... Je détourne la tête pour que ma collègue ne remarque rien... Je suis vraiment très affectée par cette perte...

Écrit par : Catherine | 11/04/2007

Les commentaires sont fermés.